Haiti: OCDE: Rapport d’analyse, Examen de Gouvernance publique en Haïti 623 views6 applications

Job Expired

Organization: Organisation for Economic Co-operation and Development
Country: Haiti
Closing date: 24 Sep 2019

PRESTATION DES SERVICES INTELLECTUELS DANS LE CADRE DU PROJET DE L’EXAMEN DE LA GOUVERNANCE PUBLIQUE EN HAITI

1. INTRODUCTION

L’examen sur la Gouvernance Publique en Haïti

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) entreprend un Examen de Gouvernance publique en Haïti. Cet Examen, financé par l’Agence de coopération américaine USAID, analysera les principales reformes impulsées par le gouvernement de Haïti en matière de gouvernance publique (telles que le Programme de Modernisation de l’État (PME), ainsi que les éléments de modernisation de l’État évoqués dans le Plan Stratégique De Développement D’Haïti). Le but de l’Examen est d’offrir des conseils au Gouvernement haïtien en vue de l’aider à orienter son agenda de reformes en matière de gouvernance publique pour que tous les citoyens d’Haïti puissent bénéficier de meilleurs politiques et services publics dans toutes les régions du pays.

L’Examen se penchera sur le rôle des institutions publiques nationales et départementales ainsi que les méthodes décisionnelles dans la définition et la mise en œuvre de ces réformes. L’Examen analysera du point de vue de la gouvernance publique la capacité des acteurs gouvernementaux et de la société civile en Haïti, ainsi que le rôle qu’ont joué les principaux bailleurs de fonds internationaux, à définir et mettre en œuvre des politiques stratégiques visant à améliorer les résultats pour les citoyens haïtiens.

L’analyse sera structurée autour de cinq thèmes de gouvernance publique (NB : ces thèmes pourront évoluer en fonction du dialogue initial entre l’OCDE et le Gouvernement d’Haïti):

  1. Coordination pangouvernementale menée par le Centre de Gouvernement (qui comprend la Primature, l’OMHR, le Ministère de Planification et de Coopération Externe et le Ministère de l’Économies et des Finances);
  2. Articulation/imbrication plan stratégique et cadre fiscal ; système de suivi et d’évaluation de rendement;
  3. Gouvernance multi-niveaux;
  4. Gestion stratégique des ressources humaines de l’administration centrale et territoriale;
  5. Politiques de gouvernement ouvert.

À travers l’analyse des politiques et reformes menées dans ces cinq domaines, l’Examen offrira des recommandations concrètes en matière de réforme de gouvernance publique. L’analyse et les recommandations attenantes tiendront également compte des objectifs stratégiques de USAID pour Haïti, notamment présentés dans sa stratégie de développement-pays (‘*’USAID Country Strategic Framework 2018-2020*’’) ainsi que les objectifs du gouvernement décrits dans le PCRE.

Pour préparer cette étude, l’OCDE devra faire un travail de recherche et collecte d’information auprès des institutions publiques haïtiennes qui participeront à ce projet. En raison de son travail de direction stratégique dans la mise-en-œuvre du Programme de Modernisation de l’État (PME – 2023), l’OMRH (Office de Management et des Ressources Humaines) sera l’interlocuteur privilégié de l’OCDE pour la préparation et le déroulement de cet examen. L’OCDE sera également amené à travailler, par l’entremise de l’OMRH, avec la Présidence, la Primature, le Ministère de l’Économies et des Finances, le Ministère de la Planification et de la Coopération Extérieure, d’autres ministères ainsi qu’avec un petit groupe représentatif de gouvernements territoriaux (départementaux et possiblement municipaux).

2. DESCRIPTION DES PRESTATIONS: RAPPORT CONTEXTUEL

2.1. Objectifs

Pour entreprendre un Examen sur la Gouvernance publique en Haïti, l’OCDE requiert la préparation d’un rapport d’analyse en français d’une trentaine de pages sur les réformes en matière de gouvernance publique entreprises par le gouvernement haïtien au cours des dix dernières années. L’OCDE voudrait également comprendre la stratégie déployée par les bailleurs de fonds pour soutenir ces réformes.

2.2. Structure souhaitée

2.2.1. Brève introduction (2 à 3 pages): Principaux éléments de contexte et un résumé de l’analyse qui reflète les défis encore à relever (cette introduction devrait servir comme sommaire exécutif (executive summary) du rapport.

2.2.2. Première partie (approx. 10 pages): Synthèse analytique des réformes de gouvernance publique mise en place depuis les dix dernières années par le gouvernement haïtien dans les domaines suivants:

· Coordination pangouvernementale menée par le centre de gouvernement;

· Gouvernance multi-niveaux, déconcentration et décentralisation;

· Articulation plan stratégique et plan fiscal, système de surveillance et d’évaluation;

· Gestion stratégique des ressources humaines de l’administration centrale et territoriale;

· Politiques de gouvernement ouvert.

Se pencher sur les initiatives impulsées par l’OMRH et notamment les deux derniers Programmes-Cadres de Réforme de l’État (2008-2012 et 2012-2017), ainsi que le Programme de Modernisation de l’État – PME 2023 – actuellement en vigueur. Détailler:

· Les acteurs (OMRH, Primature, etc.),

· Les objectifs de ces mesures,

· Les bénéficiaires (société civile, fonctionnaires),

· Les résultats obtenus,

· Le suivi et contrôle de résultats (évaluation ; compte rendu et institution responsable du suivi).2.2.3. Deuxième Partie (approx. 10 pages): Expliquer le rôle des bailleurs de fonds dans la définition et la mise-en-œuvre des mesures. Détailler:

· Stratégie : action unilatérale ou en partenariat avec d’autre bailleurs ; degré de concertation/coordination entre bailleurs ; degré de cohérence d’intervention/soutien au fil des ans;

· Les bénéficiaires (gouvernement, société civile, etc.);

· Résultats: préciser les raisons du succès ou de l’échec (manque de ressources; défis systémiques; etc.). 2.2.4. Conclusion (approx. 3 pages): À la lumière des analyses présentées dans les deux premières parties faire une synthèse des défis encore à relever pour améliorer l’état de la gouvernance publique à Haïti (Qu’est-ce qui a marché ? Qu’est-ce qui n’a pas marché ? Pourquoi ?).

2.3. Méthode

Interviewer les principaux hauts-fonctionnaires du gouvernement et les bailleurs de fonds impliqués dans les sujets traités dans le rapport pour comprendre leurs démarches (entretiens présentiels sur place à Port-au-Prince). La liste des acteurs à être interviewés devra faire l’objet d’une révision/validation informelle par l’OCDE, USAID et l’OMRH. Refléter dans le rapport les points saillants des entrevues menées sur le terrain (sans citer les individus contactés).

NB : le contenu de ce rapport devra faire l’objet d’une validation (du moins informelle) de la part de l’OMRH et de USAID avant de pouvoir être finalisé et validé par l’OCDE.

2.4. Calendrier et honoraires

Le contrat prendra effet à la date de signature du contrat jusqu’au 20 décembre 2019.

L’OCDE versera au Contractant un montant d’un maximum de 7,000 USD en contrepartie de l’exécution des Prestations.

Le montant se ventile comme suit:

Prestation 1

· Présenter un plan de travail pour l’élaboration du rapport contextuel ainsi que le programme pour les entretiens avec les fonctionnaires du gouvernement et les bailleurs de fonds tel que pressenti dans les termes de référence de ce Contrat, au plus tard 1 semaine après la signature du contrat.

· L’OCDE pourrait faire des commentaires qui devront être adressés par le consultant externe.

· Les entretiens devront avoir lieu au cours du 1er mois après la signature du contrat et le consultant devra présenter un rapport de progrès en incluant les détails de contact des personnes entrevues ainsi qu’une description des résultats de chaque entretien, au plus tard 3 semaines après la signature du contrat.

Honoraires: 1500 USD

Prestation 2

· Présenter le rapport contextuel préliminaire au plus tard 5 semaines après la signature du contrat.

· L’OCDE pourrait faire des commentaires qui devront être adressés par le consultant externe.

Honoraires: 3000 USD

Prestation 3

· Présenter la version finale du rapport contextuel en adressent les commentaires fournis par l’OCDE au plus tard 8 semaines après la signature du contrat.

Honoraires: 2500 USD

3. PROFIL DU CANDIDAT ET EXIGENCES MINIMALES POUR LES CANDIDATS

Les candidats intéressés doivent respecter les exigences minimales indiqués ci-dessous :

  • Maitrise de la langue française.
  • Accès aux contacts et disponibilité pour effectuer des entretiens présentiels en Haïti.
  • Expérience dans la préparation des rapports.
  • Expérience dans projets des reformes de gouvernance publique (en travaillant avec le gouvernement d’Haïti ou avec des autres acteurs internationaux sur le terrain).
  • La connaissance de l’anglais sera un avantage.

4. CONDITIONS GENERALES MINIMUM POUR LES CONTRATS DE L’OCDE

Les articles ci-dessous constituent des conditions générales minimum du contrat qui sera signé entre l’Organisation et le Contractant retenu par l’Organisation au terme de la procédure d’Appel d’Offres (le « Contrat »). Ces conditions générales minimum ne sont pas exclusives et pourront, le cas échéant, être modifiées et/ou complétées de conditions additionnelles dans le Contrat.

ARTICLE 1. BIENS OU SERVICES

Les biens et/ou services fournis dans le cadre du Contrat (dénommés ci-dessous : « Les Prestations ») devront être strictement conformes aux spécifications mentionnées dans le Cahier des Charges. Il est expressément entendu que le Contractant exécutera les Prestations dans le strict respect des normes en vigueur, si aucune norme n’est indiquée, les normes qui font autorité dans la profession seront les normes de référence.

ARTICLE 2. PRIX

Le prix facturé par le Contractant pour les Prestations ne devra pas différer des prix indiqués par le Contractant dans son Offre, à l’exception des actualisations de prix prévues dans le Contrat.

ARTICLE 3. PAIEMENTS ET TAXES

Le paiement sera effectué en Euros.

Dans le cas où le Contractant est établi hors de France, l’Organisation étant exonérée de toutes taxes et impôts, en ce compris la taxe sur les ventes et la taxe à la valeur ajoutée (T.V.A.), le Contractant ne pourra imputer le paiement de ces taxes à l’Organisation. Tous les autres impôts restent à la charge du Contractant quelle que soit leur nature.

ARTICLE 4. RETARD D’EXÉCUTION

Le Contractant effectuera les Prestations dans le respect des délais et en accord avec les termes spécifiés dans le Contrat, ceci étant un élément substantiel du Contrat. Tout retard pourra donner lieu à l’application des pénalités négociées entre le Contractant et l’Organisation.

ARTICLE 5. ACCES AUX LOCAUX ET AUX SYSTEMES D’INFORMATION

Si les Prestations nécessitent à quelque moment que ce soit, l’accès du Contractant et/ou de ses experts, employés, préposés ou mandataires (« Personnel ») aux locaux de l’Organisation ou aux systèmes d’information de l’Organisation, ceux-ci devront se conformer à l’ensemble des règles en vigueur au sein de l’Organisation et notamment aux règles relatives à la sécurité. L’Organisation pourra prendre toutes les mesures qu’elle juge nécessaires pour en assurer le respect.

ARTICLE 6. EXECUTION DES PRESTATIONS

Le Contractant s’engage à ce que les Prestations soient accomplies par la ou les personnes nommément désignées au Contrat ou autrement approuvées par écrit par l’Organisation. Le Contractant n’est pas autorisé à remplacer le Personnel ainsi autorisé, sans l’accord préalable écrit de l’Organisation.

ARTICLE 7. POUVOIRS

Le Contractant déclare qu’il dispose des pleins droits et pouvoirs pour conclure le Contrat et qu’il détient toutes les licences, permis et autorisations (notamment les permis de travail de chacun des membres de son Personnel) et droits de propriété (notamment de propriété intellectuelle) nécessaires à l’exécution du Contrat.

ARTICLE 8. RESPONSABILITE

Le Contractant assume la responsabilité de tous les risques liés à l’exécution du Contrat et s’engage à indemniser l’Organisation pour tous les dommages pouvant résulter, directement ou indirectement, de cette exécution.

Le Contractant garantit l’Organisation ainsi que son personnel contre toutes les réclamations judiciaires ou extrajudiciaires, débours, frais et responsabilités relatifs aux dommages causés de quelque manière que ce soit à tous tiers, du fait ou à l’occasion de l’exécution des Prestations.

Le Contractant devra souscrire et maintenir à ses frais, pendant toute la durée du Contrat et par la suite si nécessaire, une assurance appropriée pour couvrir les risques et responsabilités relatifs à l’exécution du Contrat.

ARTICLE 9. REPRÉSENTANTS

Le Contractant et son Personnel (y compris mais sans s’y limiter ses experts, employés, préposés ou mandataires) :

· ne seront considérés à aucun titre comme membres du personnel, préposés ou mandataires de l’Organisation ;

· ne pourront engager l’Organisation dans quelque obligation ou dépense que ce soit ;

· ne pourront prétendre à aucun avantage, rétribution, remboursement, exonération ou prestation qui ne soit stipulé au présent Contrat. En particulier et sans préjudice d’autres restrictions, il est entendu que le Contractant et son Personnel ne peuvent en aucune manière se prévaloir du bénéfice des privilèges et immunités de l’Organisation ou de son personnel.

ARTICLE 10. PROPRIETE INTELLECTUELLE

Les résultats et produits, intermédiaires et finaux, des Prestations effectuées au titre du Contrat, y compris tous les droits de propriété intellectuelle qui en découlent, sont la propriété exclusive de l’Organisation. Ces droits sont acquis à l’Organisation au fur et à mesure de la réalisation des Prestations ou, si ceci n’est pas légalement possible, lui sont cédés en vertu de ce Contrat par le Contractant à travers le monde et pour toute la durée de protection légale desdits résultats et produits.

En sa qualité d’unique propriétaire des résultats et produits intermédiaires et finaux, l’Organisation jouit de tous les droits liés à cette qualité, y compris (et sans que cette liste soit exhaustive), le droit de concéder une licence, publier, afficher, représenter, reproduire, adapter, traduire, modifier, créer tout produit dérivé, vendre, exploiter, administrer, utiliser, disposer de ces résultats ainsi que de percevoir et conserver tout bénéfice, revenu ou recette y afférents, sans qu’il soit nécessaire d’obtenir le consentement préalable et écrit du Contractant. En particulier, l’OCDE peut librement décider de publier ou de ne pas publier les résultats des Prestations (et/ou toute adaptation de ces résultats).

Tout droit de propriété intellectuelle préexistant du Contractant qui aurait été inclus dans les résultats des Prestations demeurent la propriété du Contractant. Si les résultats incluent des matériaux préexistants dont le Contractant est propriétaire, le Contractant concède à l’OCDE, pour toute la durée de protection légale de ses droits, une licence irrévocable, non-exclusive, sous-licenciable valide dans le monde entier et à titre gratuit pour leur utilisation en tant qu’éléments des Prestations.

Le Contractant garantit que les résultats et produits des Prestations ne violent aucun droit de propriété intellectuelle ou autres droits de tiers.

Le Contractant ne devra pas utiliser le nom et/ou le logo de l’OCDE sans l’accord préalable et écrit de l’Organisation.

ARTICLE 11. TRANSFERT DE DROITS ET OBLIGATIONS

Le Contractant ne pourra céder à un tiers tout ou partie des droits qui lui sont conférés ou des obligations mises à sa charge par le Contrat ou de sous-traiter toute ou partie des Prestations, sans l’autorisation préalable écrite de l’Organisation.

ARTICLE 12. RÉSILIATION

L’Organisation se réserve le droit de résilier le Contrat sans préavis ni indemnités, sans préjuger de tout autre recours que l’Organisation pourrait exercer en cas de manquement aux obligations contractuelles :

i) en cas de manquement total ou partiel du Contractant à ses obligations contractuelles ;

ii) si le Contractant, selon l’Organisation, est engagé dans des pratiques frauduleuses ou de corruption dans le cadre de l’Appel d’Offres ou de l’exécution du Contrat.

En outre, l’Organisation peut résilier tout ou partie du Contrat à tout moment par lettre recommandée avec accusé de réception. Cette notification devra indiquer que la résiliation intervient en l’absence de faute du Contractant, quelles Prestations ont fait l’objet d’une exécution, et la date à laquelle cette résiliation prendra effet. Les parties des Prestations déjà exécutées à réception de cette lettre seront soumises aux termes et prix du Contrat. Pour les parties non exécutées, l’Organisation peut choisir :

i) de requérir l’exécution d’une partie des Prestations seulement, qui sera exécutée et livrée à l’Organisation selon les termes et prix du Contrat ;

ii) et/ou d’annuler les Prestations non encore exécutées et de régler au Contractant le montant des prestations déjà exécutées.

ARTICLE 13. INFORMATIONS FINANCIERES

Pendant la durée du Contrat et sept ans au moins après sa fin, le Contractant est tenu :

  • de conserver les documents de comptabilité financière relatifs au Contrat et aux Prestations et
  • de mettre à la disposition de l’Organisation ou de toute entité désignée par elle, sur simple demande, toutes les informations financières nécessaires, notamment les décomptes concernant les Prestations, qu’elles soient exécutés par le Contractant ou par des sous-traitants.

L’Organisation ou toute entité désignée par elle peut, y compris sur place, procéder à des vérifications en rapport avec le Contrat et/ou les Prestations.

ARTICLE 14. ETHIQUE

Eu égard à la nature et à la mission de l’OCDE en tant qu’organisation internationale, le Contractant s’engage à adhérer aux standards les plus élevés en termes de responsabilité éthique et commerciale. En particulier, le Contractant se conforme (et s’assure que son Personnel se conforme) à toutes les règles nationales et internationales qui lui sont applicables relatives aux comportements éthiques et responsables, y compris et sans que cette liste soit exhaustive, ceux relatifs aux droits de l’homme, à la protection de l’environnement, au développement durable et à la lutte contre la corruption.

ARTICLE 15. CLAUSE D’ARBITRAGE

Eu égard à la qualité d’organisation internationale de l’Organisation, il est expressément convenu que les droits et obligations des Parties seront exclusivement réglés conformément au Contrat.

Tout litige, différend ou réclamation né du Contrat ou se rapportant au Contrat, ou à son inexécution, à sa résolution ou à sa nullité, sera tranché par voie d’arbitrage conformément au Règlement d’arbitrage de la CPA 2012. Le nombre d’arbitres est fixé à un. La langue à utiliser pour la procédure arbitrale sera le français. Le lieu de l’arbitrage sera Paris (France). Les Parties renoncent expressément à leur droit de présenter un recours en annulation contre toute sentence rendue par le tribunal arbitral ou, si cette renonciation n’est pas légalement possible, les Parties conviennent expressément qu’en cas d’annulation de toute sentence rendue par le Tribunal arbitral, la juridiction saisie du recours en annulation ne pourra statuer sur le fond du litige. Le litige fera alors l’objet d’un nouvel arbitrage dans les conditions du présent article.

Aucune stipulation du présent Contrat ne saurait être interprétée comme une renonciation par l’Organisation aux privilèges et immunités dont elle jouit en sa qualité d’organisation internationale.

ARTICLE 16. CONFIDENTIALITE

Toute information, quel qu’en soit le support, communiquée au Contractant ou à laquelle le Contractant pourrait avoir accès à l’occasion du Contrat, est confidentielle. En conséquence, le Contractant ne pourra la communiquer à des tiers sans l’accord écrit et préalable de l’Organisation. Le Contractant veille à ce que son Personnel soit expressément lié par les stipulations de cette clause et les respectent.

ARTICLE 16. BASE DE DONNÉES

Le Contractant est informé que l’OCDE compile une base de données de l’ensemble des fournisseurs de l’Organisation et que les informations relatives au Contractant seront incluses dans cette base de données. Sous réserve du respect des politiques de l’OCDE sur la protection des données personnelles, la base de donnée contiendra toute information pertinente sur le Contractant et les contrats conclus entre le Contractant et l’Organisation, y compris, sans que cette liste soit exhaustive, les conditions financières, les travaux et produits réalisés par le Contractant et les évaluations du travail du Contractant. L’Organisation a pour politique d’accorder l’accès à cette base de données à certains membres de son personnel de direction et de son personnel administratif.

Nonobstant ce qui est expressément ou implicitement prévu par le Contrat ou par la loi, et en particulier toute obligation de confidentialité incombant à l’Organisation, le Contractant comprend et accepte que l’OCDE collecte, traite et divulgue les informations relatives au Contractant selon les modalités décrites ci-dessus et renonce à toute réclamation contre l’Organisation et son personnel à cet effet.

RèGLEMENT DE CONSULTATION

Article 1. NATURE ET OBJET DE LA CONSULTATION DE MARCHÉ

La présente consultation a pour objet la sélection d’un consultant pour la préparation d’un rapport d’analyse d’une trentaine de pages sur les réformes en matière de gouvernance publique entreprises par le gouvernement haïtien au cours des dix dernières années. L’OCDE voudrait également comprendre la stratégie déployée par les bailleurs de fonds pour soutenir ces réformes.

Article 2. CONDITIONS DE LA CONSULTATION DE MARCHÉ

2.1. Composition du dossier de la consultation de marché

Le dossier de la présente consultation comprend :

a. Le présent Règlement de Consultation

b.Le Cahier des charges ;

c. Les conditions générales minimum pour les contrats OCDE ;

2.2. Durée de validité des offres

La durée de validité des offres est de cent quatre-vingt jours (180) à compter de la date de remise des Offres.

2.3. Confidentialité

La présente consultation et toute information communiquée au Soumissionnaire, ou à laquelle celui-ci pourrait avoir accès à l’occasion de la présente consultation et de la mission, sont confidentielles et sont strictement réservées à l’usage de la présente consultation. L’OCDE se réserve le droit de demander à ce que l’ensemble des documents et informations fournis, quel qu’en soit le support, lui soit retourné à la fin de la présente consultation.

Article 3. PRÉSENTATION, CONDITIONS DE SOUMISSION

ET CONTENU DES OFFRES

3.1. Présentation et conditions de soumission

Les offres des Soumissionnaires seront entièrement rédigées en français ou en anglais et devront être soumises avant le 24 septembre 2019 à 14h00 (Heure de Paris) via email à l’adresse suivante : [email protected]

3.2. Contenu de l’offre

L’offre devra présenter les éléments indiqués dans la section « Présentation des candidatures » du cahier des charges.

Article 4. JUGEMENT DES OFFRES

Les offres seront jugées selon les critères pondérés suivants :

· Qualité de la méthodologie indiquée sur la note conceptuelle [50 %]

· Pertinence des experiences precedents [50%]

Article 5. INFORMATIONS AUX SOUMISSIONNAIRES

Dans la mesure du possible, tous les Soumissionnaires seront informés de la suite donnée à leurs offres.

L’OCDE

L’OCDE regroupe les gouvernements de 36 pays attachés aux principes de la démocratie et de l’économie de marché en vue de :

· Soutenir une croissance économique durable

· Développer l’emploi

· Élever le niveau de vie

· Maintenir la stabilité financière

· Aider les autres pays à développer leur économie

· Contribuer à la croissance du commerce mondial

L’OCDE partage aussi son expertise et échange des idées avec plus de 100 autres pays et économies, allant du Brésil, de la Chine et de l’Inde aux pays les moins avancés d’Afrique.

Vue d’ensemble

Date de création : 1961
Siège : Paris, France
Pays membres : 36
Budget : 357 millions EUR (2014)
Agents du Secrétariat : 2 500
Secrétaire général : Angel Gurría Publications : 250 titres / an Langues officielles** : anglais/français

Suivi, analyse et prévision Depuis plus de 50 ans, l’OCDE est une des sources de données statistiques, économiques et sociales comparables les plus importantes et les plus fiables du monde. Outre ses activités de collecte de données, l’OCDE suit les tendances, analyse et prévoit les évolutions économiques. L’Organisation étudie également les changements qui affectent la société ou l’évolution de la situation concernant les échanges, l’environnement, l’agriculture, la technologie, la fiscalité, etc.

L’Organisation offre aux gouvernements un cadre leur permettant de comparer leurs expériences en matière d’action publique, de chercher des réponses à des problèmes communs, d’identifier les bonnes pratiques et de coordonner leurs politiques nationales et internationales.

Élargissement et Partenaires Clés

Les pays membres de l’OCDE ont décidé d’ouvrir des discussions d’adhésion avec la Colombie en 2013 et, avec le Costa Rica en 2015.

L’Organisation poursuit également le renforcement de sa coopération avec ses Partenaires clés – Afrique du Sud, Brésil, Chine, Inde et Indonésie.

Publications
L’OCDE est l’un des plus grands éditeurs dans les domaines de l’économie et des politiques publiques. Ses publications sont un support de choix pour la diffusion de ses travaux intellectuels, tant en version imprimée qu’en ligne.

Il est possible d’obtenir des informations sur ces publications par le biais de la Librairie en ligne l’OCDE et de SourceOCDE, bibliothèque électronique permettant de consulter des bases de données, des livres et des périodiques.

How to apply:

PRÉSENTATION DES CANDIDATURES

Les candidats respectant les exigences minimales peuvent envoyer leur proposition à: [email protected]

La candidature doit inclure:

· Une note conceptuelle avec la description de la méthodologie proposée et une liste des expériences professionnelles pertinentes à ce projet.

· Le CV du candidat.

La date limite pour présenter vos candidatures est le 24 septembre 2019, 14h00 heure de Paris.

Les entretiens téléphoniques sont prévus pour la semaine du 30 septembre 2019.

More Information

  • This job has expired!

Leave your thoughts

Share this job
Company Information
Contact Us

NGO Jobs vacancies, careers, UN, aid, NGOs, consultancy, consultancies, international development community, consulting in UN, non profits, Relief.